1. ELECTIONS ORDINALES COMPLÉMENTAIRES, MERCI DE CONSULTER LE CALENDRIER./ /2. ARRÊT DE COMMERCIALISATION : FOLIRON-MEDVITE-METFORMINE-BIOZOLE-DETURGYLONE-PIRSEC
Accès professionnel :   Format : OP9999-S1
Inscription à l'Ordre     Mot de passe oublié ?
Actualités
Vision du Conseil National de l'Ordre des Pharmaciens
Par ONP | Lu 1887 fois | Jeu 14 nov 2013 18:19

VISION DU CNOP

Au terme de ce 1er séminaire de la profession pharmaceutique et avant la cérémonie de clôture, il nous a été demandé de présenter la vision du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens pour les années à venir.

En effet durant 2 jours, nous Pharmaciens de Côte d’Ivoire, toutes générations confondues, tous secteurs d’activité confondus, nous nous sommes rassemblés, nous avons analysé les différentes problématiques de l’exercice de notre profession, nous avons formulé des recommandations et maintenant quelle sera la suite ? Que va faire le conseil national de l’Ordre avec les conclusions du présent séminaire ? Allons-nous, comme le craigne certains, les mettre simplement dans des tiroirs ?

Je voudrais vous rassurer et à travers vous l’opinion publique, que rien de ce qui a été décidé ici ne restera sans suite. Le conseil considère vos recommandations comme sa feuille de route.

Le présent séminaire a réaffirmé la finalité de la pratique pharmaceutique : l’amélioration de la santé de nos populations. Nos populations ont le droit d’avoir accès, géographiquement et économiquement, à des médicaments de qualité, dans leur fabrication, dans leur conservation et dans leur dispensation.

Aussi, trois grands axes stratégiques conduiront notre politique

Le renforcement de l’Ordre des pharmaciens

L’adoption de nouveaux textes de lois

Le respect du monopole pharmaceutique

I. RENFORCEMENT DE L’ORDRE DES PHARMACIENS

Une philosophie fonde cette stratégie « plus les individus d’un groupe sont solidaires, unis autour de l’éthique qui les définit, plus le groupe est fort et plus chaque individu trouve les conditions de son propre épanouissement ». Il n’y a pas d’issue pour une pratique pharmaceutique solitaire et retranchée. Nous sommes tous, membres d’un même corps : l’Ordre National des Pharmaciens de Côte d’Ivoire.

Un ordre des pharmaciens plus fort passera par deux grande actions :

Restructurer l’organisation et le fonctionnement de l’Ordre

Rapprocher l’ordre, des pharmaciens et de la population

ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS DE COTE D’IVOIRE

SEMINAIRE DE LA PROFESSION PHARMACEUTIQUE 2013

1. Restructurer l’organisation et le fonctionnement de l’Ordre

a. Mettre en place les conseils Centraux et Régionaux (cf législation pharmaceutique)

Ces conseils permettront de déconcentrer les activités du CNOP et permettre un rapprochement avec les pharmaciens. Cette déconcentration favorisera une implication plus grande des pharmaciens à la vie et au fonctionnement de l’ordre.

b. Mettre en place des commissions techniques au niveau du conseil national.

A ce titre la commission communication a été déjà installée. C’est elle qui a animé le village d’exposition et qui administre aussi le site internet de l’ordre.

Les résultats obtenus en très peu de temps, nous encourage à mettre en place les commissions/cellules suivantes :

La commission des affaires sociales

La commission législation

La commission formation continue

La commission de la lutte contre le trafic illicite des médicaments

c. Instituer une Conférence des Présidents regroupant tous les dirigeants des organisations de pharmaciens.

Ceuxci se retrouveront à intervalle planifié pour coordonner les stratégies et les actions au service de la communauté.

d. Présenter aux pharmaciens le bilan moral et financier du CNOP de l’année précédente et le plan d’action de l’année suivante (rôle du site web)

e. Réaliser un audit financier du CNOP, chaque deux ans (début/fin mandat, mimandat)

f. Réviser et diffuser le Règlement intérieur du CNOP

2. Rapprocher l’ordre, des pharmaciens et de la population

a. Décentraliser les activités du CNOP

b. Faire adopter les dispositions devant régir les relations sociales entre les pharmaciens d’une part, et d’autre part, entre les pharmaciens et le CNOP, notamment :

Le pharmacien et sa vie professionnelle : actions à mener dans le cadre de l’insertion dans la profession, dans l’exercice professionnel et dans la retraite.

Le pharmacien et sa vie sociale : actions à mener dans les différentes situations malheureuses et heureuses qui jalonnent la vie de toute personne et dont la bonne prise en compte renforce le sentiment d’appartenance à une famille solide.

Le pharmacien et sa population : actions à mener pour impliquer beaucoup plus le pharmacien dans la vie de sa cité, en vue de rehausser son image auprès de ses concitoyens.

c. Editer et mettre à jour un annuaire exhaustif des pharmaciens

d. Renforcer la communication du CNOP avec les pharmaciens (rôle du site web dans la

diffusion des informations et le recueil des avis, remarques, suggestions et autres préoccupations

des pharmaciens

II. ADOPTION DE NOUVEAUX TEXTES DE LOIS

Pour que les dispositions légitimes actuelles soient durables et survivent dans le temps, il s’avère nécessaire de leur donner une existence légale.

Par le présent séminaire vous venez de nous donner mission de faire réviser les textes qui régissent notre profession.

Plusieurs voies seront utilisées : (i) soumission par l’exécutif ; (ii) présentation par les députés pharmaciens ; (iii) requête directe par le CNOP.

III. RESPECT DU MONOPOLE PHARMACEUTIQUE

Plusieurs actions peuvent être menées en vue de renforcer le monopole pharmaceutique. Il s’agira en priorité de contribuer à la lutte contre le trafic illicite des médicaments et la formation continue des pharmaciens.

1. Lutte contre le trafic illicite des médicaments

Cette lutte comporte certes l’aspect de répression, mais ne s’en limite nullement pas. Il y a nécessité de poursuivre la sensibilisation de la population.

Aussi, le CNOP compte :

a. Concevoir et diffuser de spots (télés, radio et média écrits)

b. Renforcer la collaboration entre les institutions intervenant dans cette lutte conformément à la politique nationale conduite par le ministère en charge de la santé.

c. Soutenir financièrement les acteurs sur le terrain de cette lutte

d. Contribuer à la promotion de l’industrie pharmaceutique

e. Participer à la mise en place de la C.M.U.

2. Formation continue des pharmaciens

Faire adopter la révision de la loi du 2 septembre 1960 : l’objet du conseil en effet, en plus d’assurer le respect des devoirs professionnels et la défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession, le Conseil devra en outre veiller à la compétence des pharmaciens et contribuer à la promotion de la santé publique et de la qualité des soins notamment la sécurité des actes professionnels ;

Ainsi, il sera fait obligation à chaque pharmacien de participer, au moins une fois l’an, à des enseignements postuniversitaires avec présentation de certificat.

Ainsi, le pharmacien devra obligatoirement participer à une formation continue en vue du renouvellement de son inscription comme il est stipulé dans le projet de loi portant code de déontologie.

Pour la réalisation de tous ces projets, des ressources seront nécessaires. Le CNOP devra oeuvrer au recouvrement des cotisations ordinales en ayant recours aux dispositions réglementaires.

Nous voulons compter sur l'aide et le soutien des autorités qui ont accompagné ce séminaire, en particulier la tutelle MSLS, les partenaires de la profession pharmaceutique et enfin et sur tous les confrères et consoeurs, pour qui le CNOP est là et sans qui ce qui est une vision restera toujours une vision et non une réalité.

Je vous remercie

Abidjan, le 8 novembre 2013

Pour le CNOP

Dr Lachiroy LAMINE

Vision stratégique du CNOPTélécharger
 Info Santé (78)
 Santé pour tous (17)
 Hygiène (4)
 Info CNOP (27)
©2017 Ordre national des pharmaciens de Côte d'Ivoire  |  Mention légale