1. ELECTIONS ORDINALES COMPLÉMENTAIRES, MERCI DE CONSULTER LE CALENDRIER./ /2. ARRÊT DE COMMERCIALISATION : FOLIRON-MEDVITE-METFORMINE-BIOZOLE-DETURGYLONE-PIRSEC
Accès professionnel :   Format : OP9999-S1
Inscription à l'Ordre     Mot de passe oublié ?
Info Santé
La médecine est sexiste
Par ONP | Lu 1460 fois | Lun 21 juil 2014 10:26
Medecine sexiste
Medecine sexiste

C’est ce que titre Le Parisien, qui note que ««Science et Vie» tire la sonnette d'alarme. Les médicaments sont créés pour les hommes... et parfois dangereux pour les femmes», le mensuel titrant: « Médicaments : ils soignent mieux les hommes que les femmes».


Le journal évoque ainsi «un gros pavé dans la mare : n'en déplaise aux féministes, homme et femme ne devraient pas être traités de la même façon, leur corps ne s'exprimant ni ne réagissant pareil. Les biologistes le savent, mais l'ensemble de la communauté scientifique et les médecins, le nez dans leur pratique quotidienne, n'en tiennent pas assez compte».
Le Parisien continue: «
Différence de métabolisme oblige, Monsieur et Madame réagissent différemment, démontrent de très sérieuses études scientifiques, encore trop rares. Les vaccins ont ainsi plus d'effets sur les femmes, au système immunitaire plus réactif. Selon des chercheurs américains, une demi-dose suffit à leur faire produire autant d'anticorps qu'un homme. Avec une dose normale, elles sont du coup plus la proie des effets secondaires».

Une "enquête menée en Allemagne sur 25.000 patientes a d'ailleurs démontré que, tous traitements confondus, les femmes sont 2 fois plus sujettes aux effets indésirables", poursuit le quotidien.
Le journal relève que
«le Zolpidem (Stilnox) leur fait effet plus longtemps. Huit heures après la prise, elles sont 3 fois plus nombreuses à somnoler. […] Le médicament est éliminé plus lentement de leur sang, parce que les enzymes qui y travaillent dans le foie s'organisent différemment que chez les hommes».
«Quant à l'aspirine, prescrite à faible dose pour prévenir le risque d'infarctus, elle agit effectivement sur le cœur... des hommes, diminuant le risque de 32%. Chez les femmes, elle se révèle plus efficace pour réduire le risque d'AVC», note Le Parisien.


Le journal note d’ailleurs que «le cœur des femmes [est] maltraité. […]Vice-présidente de la Fédération de cardiologie, Claire Mounier Véhier en a fait un combat, depuis le CHU de Lille. Alors que l'on considère toujours le risque cardiaque comme masculin, s'il est encore proportionnellement plus mortel pour l'homme, «il tue 10 fois plus de femmes en Europe que le cancer du sein ! Aidée par une hausse des facteurs (tabac, obésité, stress), la mortalité grimpe d'autant qu'on ne le prend pas au sérieux», prévient la cardiologue».
Le Parisien ajoute: «
Fatigue, nausées, maux de ventre et poitrine oppressée remplaçant la fameuse «douleur au bras gauche», les médecins mieux formés à la cardio masculine les renvoient parfois des urgences les pensant victimes... d'une crise d'angoisse, et sans prescrire les bons examens. Quant à la recherche, 30% à peine est consacrée aux maladies cardiaques au féminin».


Le quotidien note enfin que «
sauf cibles exclusivement féminines (ovaires, ménopause, grossesse) et gentiment surnommée «médecine bikini», dès le labo, au stade de la recherche animale, les tests sont essentiellement menés sur des rats mâles, «pour éviter que les hormones ne perturbent les résultats», confirme la généticienne Claudine Junien. Les filles se retrouvent aussi sous-représentées dans les études cliniques. Tant pis si cela biaise les résultats !».
«
Pour y mettre fin, l'institut national de la santé américain (NIH), qui finance largement la recherche biomédicale, a décidé avant l'été d'y remédier. Désormais, plus question de subventions si les études n'analysent par leurs résultats en fonction du sexe», conclut Le Parisien.Sources: internet

 Info Santé (78)
 Santé pour tous (17)
 Hygiène (4)
 Info CNOP (27)
©2017 Ordre national des pharmaciens de Côte d'Ivoire  |  Mention légale